Là-bas dans l'ile

Là-bas dans l'ile
Il vit quelque part, sans domicile
Sans endroit spécial pour dormir
Il parait qu'il y a bien pire
Il ne sait ni pourquoi, ni pour qui
Il est là simplement, il vit
Son horizon, c'est l'océan trop calme
Les arbres doucement charment leurs palmes
Le vent est nul, presque immobile
Il est tout seul, si infime
Depuis longtemps, il a renoncé
Il ne compte même plus les années
A quoi bon quand rien n'existe
A quoi bon quand on est sur la liste
Ces questions il ne se les pose plus
Même après tout ce qu'il a vécu
Son seul contact, c'est l'hydravion
Mais il ne leur pose plus de questions
Parfois ils viennent avec la nourriture
Puis ils repartent vers leur l'azur
Jamais, il ne lui ont parlé
Pourtant, lui il a essayé
C'était au début dans l'ile
Il ne savait pas, il voulait comprendre
Il leur disait, "je suis un civil"
Ils repartaient sans même entendre
Il ne saura jamais pourquoi il est là
Un jour, il mourra, juste comme ça
Peut-être sait-il quelque chose
Ou bien même peut-être pas
Mais ce ne peut-être grand-chose
La vie d'un homme c'est parfois ça
La sienne, elle a été brisée
Il y a de cela bien des années
Mais que lui veulent-ils ?
Là-bas dans l'ile

Jean-marc Bouju - Pour Tristan JONES Février 1984

Commentaires

  • Pas encore de commentaire

Commenter

PARTAGER sur les réseaux sociaux

Navigation

Réseaux sociaux

Flux RSS