Etant enfant tu as pleuré
Des cris de joie tu as poussé
La malice dans tes yeux plissés
Reflétait la joie de ces années

Puis, pour toi tout a basculé
De loin des hommes t'ont assassiné
Ta terre ils l’ont ensemencé
De mort et par lâcheté
Sans rien vouloir récolter
Ils l'ont brulée, déchiquetée

Cette lueur éblouissante,
Tu ne t'en souviendras plus
Tel un enfer de Dante
C’est à ce moment que tu as su
Que ta vie n’était plus qu’illusoire
Et dans un dernier cri de désespoir
Toi, petits yeux plissés d'horreur
Tu n’auras plus jamais peur

Anathan - Texte libre du 04 juillet 2010

Commentaires

  • Pas encore de commentaire

Commenter

PARTAGER sur les réseaux sociaux

Navigation

Réseaux sociaux

Flux RSS