Pourquoi m'avez-vous tuée
Je vous ressemble à vous méprendre
La vie m'avait émerveillée
Et je souhaitais juste l'apprendre
Mais d'un sale oeil vous le voyiez
Je n'avais pas le droit de comprendre

D'une pensée dite sacrée
Au nom d'une croyance en un dieu
Vous nous avez voilés, masquées,
Sans même nos yeux
Pour s'exprimer

Il vous suffisait de le dire
Et ma faute j'aurai expiée
Je n'aurais pas eu à périr
Mais il vous a fallu me museler
Votre justice m'a fait mourir
Sur le bûcher des libertés

Anathan - Atelier d'écriture du 14 juin 2010, Nice

Commentaires

  • Pas encore de commentaire

Commenter

PARTAGER sur les réseaux sociaux

Navigation

Réseaux sociaux

Flux RSS