Le contact humain, c'est ce qui fait le plus cruellement défaut à cette époque polytechnicienne ...