Métamorphose

Nous, les adultes, nous perdons chaque jour un peu de nous-mêmes, incessamment, doucement. Combien la chose est plus terrible chez l'adolescent où tout doit changer à la fois, violemment, le corps se disjoindre, l'enfance s'en aller, et la tête, étourdie, reconquérir péniblement son pouvoir sur le corps !

PARTAGER sur les réseaux sociaux

Partagez ce tableau sur Pinterest

Partager cette image sur Facebook

Métamorphose

Commentaires

  • Pas encore de commentaire

Commenter

Navigation

Réseaux sociaux

Flux RSS