Si le bosseur fait la pause-café, le chômeur lui, fait la pause-forcée...