Le plus difficile, ce n'est pas de sortir de Polytechnique, c'est de sortir de l'ordinaire.