Bataille de fleurs

Bataille de fleurs Le Carnaval de Nice repose sur une longue histoire. Son origine ancienne s'inscrit au Moyen âge dans la façon qu'avait le clergé de s'approprier des fêtes païennes pour les prendre à son compte. Situé avant la période de jeûne du Carême, c'était aussi un moyen d'exorciser par la liesse et l'exubérance la pauvreté alimentaire et les privations. De là viendront masques et galéjades mais aussi licences et débordements.

Cité en 1294 par Charles II de Provence le carnaval a connu par la suite maintes évolutions avant d'être ce qu'il est aujourd'hui.

C'est au XIXe siècle avec la belle époque qu'apparaît la mode des batailles de fleurs et des échanges de bouquets.

L'horticulture niçoise, célèbre pour ses œillets connait à cette époque et jusqu'aux années 1930 une grande prospérité à tel point qu'elle fournit revenus et emplois aux niçois ainsi qu'aux émigrés en provenance d'Italie. La production locale exportée grâce aux chemins de fer dessert alors toute l'Europe de Londres à Berlin, de Paris à Saint-Petersbourg.

C'est d'ailleurs en 1897 qu'apparaît à Nice le marché aux fleurs de gros.

C'est donc tout logiquement que se prit l'habitude de jeter des fleurs pendant les défilés carnavalesques. La première vraie bataille de fleurs avec son cortège de chars fleuris sur la Promenade des Anglais eut lieu en 1876 à l'initiative d'Andriot Saëtone désireux de donner au carnaval plus d'ampleur. .

L'idée des chars fleuris est souvent attribuée à Alphonse Karr, poète, romancier, journaliste pamphlétaire et écrivains des jardins et du jardinage. Passionné d'horticulture, il se lança dans la culture des violettes, ouvrit une boutique de fleurs et fut le précurseur des fleurs coupées à Nice.

Plutôt simples échanges de fleurs à l'origine, les batailles de fleurs deviendront avec le temps de véritable spectacles.

Aujourd'hui encore 80 à 90% des fleurs utilisées sont produites localement ; œillet, roses, glaïeuls, gerberas, dahlias, mimosa...

Une vingtaine de chars ornés de fleurs fraiches défilent en un corso fleuri accompagné de musiciens. Des mannequins costumés de plumes et de paillettes lancent 80 à 100 000 fleurs (soit environ 20 kg de mimosa et fleurs coupées) en direction du public.

Chaque char nécessite 4000 à 5000 tiges de fleurs fraîches.
Des fleuristes travaillent sans relâche à créer des motifs à la main à l'aide de pétales de milliers de fleurs, collés uns à uns et de fleurs piquées dans de la mousse.

Autres informations

La carnaval de Nice débutera le vendredi 13 février pour finir le dimanche 1er mars 2015.

Crédit photo : Myriam Bloch

Sources :
Les fleurs de Nice
Nice Carnaval
Tradition du carnaval de Nice

Liens

Catégorie

Histoire

Commentaires

  • Pas encore de commentaire

Commenter

PARTAGER sur les réseaux sociaux

Navigation

Réseaux sociaux

Flux RSS