On parle de la douleur de vivre. Mais ce n'est pas vrai, c'est la douleur de ne pas vivre qu'il faut dire.

Extrait de Lettre à  René Char, 28 octobre 1951